top of page

Une campagne internationale de désinformation visant la France et son soutien à l'Arménie agressée?

Dernière mise à jour : 3 juil. 2023


Tweet de M. Doran (Hudson Institute, Washington) annonçant la livraison (pour l'instant non-existante) d'armes à l'Arménie par la France.

En France, en Ukraine, en Israël et aux États Unis, des rumeurs circulent, affirmant que la France livre des armes à l’Arménie. Ce qui pourrait s’apparenter à une campagne de désinformation semble avoir pour but précisément d’empêcher ces livraisons d'armes (ou subsidiairement d'en minimiser la qualité et/ou la quantité), alors même que l’Arménie est une démocratie agressée par l'axe Bakou-Ankara, avec le soutien implicite de la Russie de Poutine. Dans le même temps, l'Italie de Giorga Meloni livre, elle, pour de vrai, des avions militaires à la dictature azérie, présentée par l'OTAN de Stoltenberg et la Commission européenne de Von der Leyen comme un "partenaire fiable" dans le domaine énergétique. La commission et l’Otan se gardent bien de dévoiler aux opinions publiques occidentales qu'une partie des hydrocarbures livrés à l'Europe par Bakou est en réalité vraisemblablement russe[1]. Ce serait reconnaître qu'elles financent ainsi de manière détournée l'effort de guerre russe, en plus de l'effort de guerre azéri, deux régimes forts et expansionnistes. En effet, l’Azerbaïdjan ne produit pas assez de gaz, il en importe ainsi de Russie pour respecter ses obligations contractuelles. Lukoil détient par ailleurs 20% du gaz azéri (BP 30%[2]). L'Azerbaïdjan, qui se présente volontiers comme étant en soutien à l'Ukraine agressée, et la Russie ont en réalité signé un partenariat stratégique à la veille de l'invasion russe de l'Ukraine le 23 février 2022[3].


Le 15 mai 2023, le site israélien d’information i24NEWS publiait un article d'Ariel Kogan intitulé "France joins the fray in the Caucasus, posing a threat to Israel's ally Azerbaijan[4]". Ariel Kogan, un auteur apparemment favorable à une alliance renforcée entre Israël et les pays turciques[5], est présenté sur le site de l'Institute for Euro-Asian Jewish Studies comme un expert sur la région du Caucase et des pays turciques de l'ex-URSS. Cet article a largement été relayé par les comptes azéris et par des relais de la dictature Aliev dans des think tanks conservateurs comme le Hudson Institute basé à Washington. Mike Doran du Hudson Institue a ainsi tweeté sans vergogne aucune, le 16 mai 2023, que la France allait livrer à l'Arménie "50 véhicules blindés" et des "missiles anti-aérien Minstrel" (sic).


L'article d'Ariel Kogan cite parmi ses sources les renseignements ukrainiens (ministère de la défense) ou encore la chaine Télégram "réputée" AZfront. Selon les services secrets ukrainiens, cités dans l'article, les armes françaises livrées à l'Arménie pourraient être utilisées par la Russie dans sa guerre d'agression en Ukraine. Rappelons ici que l'Ukraine et Israël ont soutenu l'axe Bakou-Ankara dans sa guerre d'agression à l'encontre de la République auto-proclamée du Haut-Karabagh débutée à l'automne 2020. Israël a notamment procédé à des livraisons massives d’armes l’Azerbaïdjan, dans le cadre d’un partenariat stratégique[6].


L’article d’Ariel Kogan est bourré d’intox. Il dit nommément que les livraisons d’armes françaises à l’Arménie ont déjà commencé. Il ajoute que l’Arménie utilise des drones iraniens, ce qui est également faux[7]. Il ajoute que la « probabilité » que les armes françaises tombent dans les mains iraniennes est assez « élevée », et que cela permettrait aux Iraniens de moderniser leur arsenal grâce à la "rétro-ingénierie". Dans l’ensemble, cette « livraison » d'armes françaises à l'Arménie est présentée comme une atteinte aux intérêts d'Israël et de l'Ukraine.


L'Azerbaïdjan occupe illégalement 215 km2 du territoire souverain de la République d'Arménie. L'Azerbaïdjan détient encore illégalement 33 prisonniers de guerre arméniens, de même que de 80 à 200 disparus de force dont on est sans nouvelle aucune. L'Azerbaïdjan a fait de la République du Haut-Karabagh la plus grande prison à ciel ouvert au monde par un blocus illégal et inhumain débuté le 12 décembre 2022 et condamné par la Cour internationale de Justice le 22 février 2023. Cet avis juridique contraignant par la plus haute cour des Nations Unies reste pourtant sans effet. Ces faits sont systématiquement ignorés par les auteurs ou think tankistes comme Ariel Kogan ou Mike Doran. Des livraisons d'armes françaises de qualité à une Arménie agressée, dont elle se dit l'amie, auraient dans ces conditions toute leur légitimité.

Dans son article publié sur I24News le 15 mai 2023 (qui appartient au milliardaire Patrick Drahi, également propriétaire de BFM TV), Ariel Kogan cite également comme source un article non signé en date du 10 mai 2023 du journal en ligne spécialisé dans le monde du renseignement "intelligence online". Selon cet article, Paris a commencé à mettre en place un système d'exportation d'armes vers l'Arménie[8]. Dans le flot de fake news, l’article de Kogan cite un fait avéré : la nomination d'un attaché de défense français à Erevan[9].


Ariel Kogan présente Intelligence Online comme un "porte-parole connu des services secrets français". Intelligence online est publié à Paris par Indigos publications dont le président fondateur est Maurice Botbol.


Si campagne de désinformation il y a quels buts recherche-t-elle ?


La question est de savoir si cet article du 10 mai 2023 d'apparence neutre ne sert pas plutôt – y compris à son corps défendant - des intérêts autres. Il semblerait en effet que ce qui s’apparente à une campagne internationale sophistiquée de désinformation vise précisément à discréditer et donc à empêcher le sujet qu'elle aborde, à savoir la livraison d'armes françaises à l'Arménie. Rappelons que cette dernière est agressée par des adversaires 30 fois plus peuplés, qu'elle a été abandonnée par son "allié" russe, lui aussi plus intéressé par les hydrocarbures de la Caspienne que par la défense des Arméniens. Subsidiairement, si des livraisons d'armes devaient quand même avoir lieu, cette campagne pourrait avoir pour but d'en minimiser la qualité et la quantité.


Dans "Caucase de France"[10], journal qui se revendique comme ayant été créé par un « groupe de personnes du Caucase du Sud[11] », Emmanuel Dupuy est présenté comme le président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), spécialiste des questions de sécurité, de défense et d’armements. Au cours d’une d’interview dans ces pages, Emmanuel Dupuy valide la thèse selon laquelle le conflit du Haut-Karabagh serait en grande partie terminé, tend à minimiser le rôle de la France dans la médiation du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Surtout il affirme que l'ancienneté des blindés livrés par la France à l’Arménie (ils sont de 1976 selon l’interviewé) ne saurait "nourrir" aucune "crainte" du côté azéri et turc. En revanche, il présente la livraison éventuelle de blindés plus modernes (Bastion et Sherpa) comme un "risque" qui serait "problématique". Le recours à des chiffres communs avec ceux de l’article d’Ariel Kogan (50 véhicules blindés livrés par la France) ne peut qu'interpeller. Ces livraisons vont-elles avoir lieu? L’intervieweur cite quant à lui comme un fait avéré la livraison de 50 véhicules blindés par la France à l’Arménie en se référant à des « grands médias européens ». Il s’agit en fait, quand on suit le lien proposé, essentiellement de l’article d’Ariel Kogan sur i24NEWs.


Qui est Emmanuel Dupuy? Radio France, membre du consortium international d'investigation "Fordidden Stories", le décrit comme suit dans l’article « Story Killers : quand « Valeurs Actuelles » est utilisé par une société de désinformation israélienne[12] »: « C’est une personnalité importante dans l’univers de l’influence francophone. Ex-conseiller ministériel et secrétaire national de l’UDI en charge des questions de Défense, il est régulièrement invité par de grands médias français comme LCI, BFM TV ou France Télévisions. Selon un ancien employé d’une agence d’influence joint par Forbidden Stories, Emmanuel Dupuy serait la personne idoine à contacter pour diffuser des contenus en France en signant des articles ou des tribunes. La listes des pays avec lesquels il a été sous contrat est impressionnante ». Ce même article de Radio France pointe du doigt le rôle de la société israélienne Percepto dans l’utilisation de Valeurs Actuelles pour diffuser une information visant à discréditer le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Burkina-Faso, accusé d’avoir noué des alliances de fait avec des groupes djihadistes. Au final, pour Radio France et Forbidden Stories, « Israël est devenue une place forte de la désinformation ».


Ce qui s'apparente à une campagne de désinformation a probablement également pour objectif de banaliser la livraison d'armes par l'Italie à l’Azerbaïdjan, qui a pourtant été dénoncé comme agresseur par le Parlement européen. Cela pourrait aussi favoriser à l’avenir la conclusion d’autres contrats avec le pays agresseur. La livraison d’avions C-27J Spartan à l’Azerbaïdjan a en effet été annoncée le 8 juin 2023 par le groupe Leonardo sans que cela ne créé un quelconque émoi[13]. Dans le communiqué annonçant le contrat, la société Leonardo écrit: "Initialement liée aux secteurs de l'énergie, la collaboration entre l'Italie et l'Azerbaïdjan s'étend désormais également à l'industrie de la défense". L’Italie est en effet le point d’arrivée du corridor gazier sud-européen qui relie la Caspienne à l’Europe. D’illustres lobbyistes, comme l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, s’étaient mobilisés pour la construction de cette infrastructure[14]. Ce contrat de défense en annonce-t-il d'autres entre l'Italie et l'Azerbaïdjan ? Entre l'Azerbaïdjan, pays présenté comme un « partenaire fiable » par Von der Leyen et Stoltenberg, et d'autres pays occidentaux?


La France semble isolée au sein de l'Union européenne dans son soutien à l'Arménie agressée. La question qui se pose est la suivante: La France a-t-elle encore l'ambition de mener une politique indépendante dans une région comme le Caucase du sud? Incontestablement, elle en a les moyens. Elle pourrait en effet, s'il y avait une véritable volonté politique, livrer 50 véhicules blindés dernière génération ou encore des missiles Mistral ou autres à l'Arménie, traduisant ainsi enfin en actes le soutien communicationnel qu'elle offre à l'Arménie. L'Italie vient d'annoncer, on l'a vu, sans vergogne aucune, la livraison d'armes à la dictature azerbaidjanaise. Mais la France le veut-elle vraiment? Prend-elle trop en compte les intérêts énergétiques de ses voisins européens? Se soumet-elle trop à la vision d'un Stoltenberg ou d'une von der Leyen?


L'inaction française est d'autant plus déconcertante que la France est sans conteste le punching ball de la dictature Aliev. Le 28 mai 2023 Aliev a prononcé un énième discours martial depuis Latchine, le corridor reliant l'Arménie à la République d'Artsakh, qu'il bloque depuis le 12 décembre en toute illégalité et en toute impunité. Aliev a ainsi déclaré à propos de la mission civile de l'UE censée protéger la République d'Arménie des appétits de sa dictature : "La frontière passera là où on dira qu'elle passe. Les Arméniens savent ce que nous pouvons faire. Personne ne viendra les aider, personne, pas même les gendarmes français à la retraite qui sont venus d'Europe". En janvier 2023, il a exigé des excuses de la France pour «les calomnies» proférées pendant la guerre de 2020 : Emmanuel Macron avait notamment déclaré, seul parmi les chefs d’État étrangers, que la Turquie et l’Azerbaïdjan avaient eu recours au service de mercenaires syriens pour leur guerre d’agression contre le Haut-Karabagh à l’automne 2020. En octobre 2022, une télé publique azerbaidjanaise a mis à l'écran une chanson insultant le Président Macron.


"Il est pro-arménien", chante le présentateur Aziz Aliev.

"Que pouvez-vous dire à cette personne ?

Il nous fait de fausses promesses

Il danse avec Pachinian

Il s'est humilié comme ça

Dites : qui est cette personne ?"


Les enfants répondent alors en chœur, syllabe après syllabe. "EM-MAN-U-EL !

Le chanteur poursuit:


"En plein centre de Paris"

"En français courant

Quelqu'un dit des bêtises

Comme s'il était ivre...

Dites - qui est cette personne ?"


Les enfants répondent à nouveau : "EM-MAN-U-EL !"

On l'a vu, les affirmations selon lesquelles la France avait déjà livré des armes à l'Arménie sont fausses. Elles exploitent cependant le fossé énorme qui existe entre la communication de la France officielle, qui décrit l'Arménie comme une "sœur", un pays qui bénéficierait du soutien "indéfectible" de la France, et la réalité du soutien de la France à l'Arménie. Cette campagne de désinformation semble par ailleurs se nourrir du flou de la politique française en Arménie, à commencer par celle qui concerne le domaine militaire. Personne ne sait ce qui est réellement discuté entre Sébastien Lecornu, le ministre français de la Défense et son homologue arménien, encore récemment à Paris. Si l'on peut sans doute imaginer - et ce ne sont là que des supputations, que la France a pu jouer un rôle important, voire déterminant dans le déploiement de la mission civile de l'UE sur le sol arménien, il n'en demeure pas moins que la France - comme si elle ne croyait plus en elle-même - n'incarne pas son soutien en mots à l'Arménie par des actes forts qu'elle prendrait elle-même. Quelle action la France a-t-elle mené en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU pour faire appliquer la décision contraignante de la CIJ sur le blocus du Haut-Karabagh? Quelle action la France a-t-elle mené pour maintenir la flamme de l'auto-détermination de l'Artsakh ? Ce peuple est dans un danger tel que l'Institut Lemkin pour la Prévention des génocides nous avertit que si la France acceptait la revendication territoriale de l'Azerbaïdjan sur le Haut-Karabagh, elle pourrait être complice de génocide[15] au titre de l’article 3.e de la convention de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide. La France a-t-elle livré des armes défensives de qualité à l'Arménie afin de maintenir un semblant d'équilibre des forces entre l'Arménie et un Azerbaïdjan qui ne cache pas sa volonté expansionniste en Arménie même? L'excuse selon laquelle l'Arménie appartient à l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) ne semble pas valable. En effet, les Etats-Unis livrent par exemple des armes au Tadjikistan, encore membre, comme Erevan, de l'OTSC, organisation dont l’inutilité n’est plus à démontrer.


Comme pour Joe Biden aux Etats-Unis, la reconnaissance par la France du génocide des Arméniens (en France, le 24 avril fait même désormais partie du calendrier républicain) relève du symbolique et ne se traduit pas dans une politique de soutien franche et claire, appuyée sur des actes forts, à la démocratie arménienne. Joe Biden a bien invité l'Arménie aux sommets de la démocratie (dont la Turquie et l'Azerbaïdjan ont été exclus) mais c'est la non démocratie azérie qui reçoit, au mépris d'une loi du congrès et par dérogation présidentielle à la section 907 du Freedom Support Act, une aide militaire massive de la part des Etats-Unis. Pas l'Arménie. De même, l'agence USAID dirigée par Madame Power, qui s'était excusée pour la non-reconnaissance du génocide par l'administration Obama contrairement à une promesse de campagne, n'est pas intervenue pour aider les 120'000 Arméniens du Haut-Karabagh, pourtant sous blocus illégal et inhumain depuis décembre 2022. S'il y a une dirigeante pour laquelle la mise en garde de l'Institut Lemkin devrait résonner, c'est bien elle. En 2018 et 2019, les Etats-Unis ont alloué 100 millions de dollars d'aide à la sécurité à l'Azerbaïdjan, notamment dans le domaine des équipements et d'autres formes d'assistance au service national des gardes-frontières de l'Azerbaïdjan. Ces derniers ont participé à la guerre d’agression de 2020 contre le Haut-Karabagh. Nombre d'entre eux sont désormais déployés le long de la frontière de l'Azerbaïdjan avec l'Arménie[16]. Le candidat Biden avait promis de mettre un terme à cette aide militaire massive au pays agresseur. Une fois élu, il a oublié cette promesse. De la même manière, le candidat Pachinian avait promis lors de la campagne des législatives de 2021 de se battre pour la "sécession réparatrice" du Haut-Karabakh (Artsakh) par rapport à l'Azerbaïdjan. Après sa victoire, l'autodétermination de l'Artsakh avait même été incluse dans le plan officiel du gouvernement arménien. Depuis Pachinian a malheureusement oublié cette partie-là de son programme à la demande, a-t-il dit, de la communauté internationale et des partenaires de l’Arménie[17]. Ces manquements à la parole donnée aux électeurs devraient être étudiés lors des prochains sommets sur la démocratie comme des manquements graves à l'idée même de démocratie.


Le 18 juin, le Président Macron a annoncé l'entrée de Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon[18]. C'est évidemment un grand honneur pour tous les Français d'origine arménienne. Mais cet honneur, à portée somme toute symbolique, ne saurait cacher l'abandon qui se dessine par la France, alignée sur Bruxelles (OTAN/EU), Washington (et même Moscou dans le cas présent), du peuple d'Artsakh à son triste sort. Comme en 1922, lorsque la France avait abandonné la Cilicie, renonçant à son engagement d’y établir un État arménien. Au-delà des effets de manche sur la sororité entre la France et l'Arménie, l'histoire risque de se répéter par manque de courage et d'actes forts. Il n’est pas trop tard pour se ressaisir, éviter le risque de complicité de génocide et se dresser de manière résolue face au panturquisme.



[1] https://eurasianet.org/azerbaijans-russian-gas-deal-raises-uncomfortable-questions-for-europe [2] https://www.lukoil.com/PressCenter/Pressreleases/Pressrelease/lukoil-completes-the-deal-on-acquiring-interest [3] https://eurasianet.org/ahead-of-ukraine-invasion-azerbaijan-and-russia-cement-alliance [4] https://www.i24news.tv/en/news/analysis-opinion/1684169715-france-joins-the-fray-in-the-caucasus-a-threat-to-israel-s-ally-azerbaijan [5] https://www.ynetnews.com/article/rkssurqsj [6] https://www.timesofisrael.com/flight-data-puts-spotlight-on-decade-of-weapons-sales-from-israel-to-azerbaijan/ [7] https://ifpnews.com/armenia-iranian-drones-azerbaijan/ [8] https://www.intelligenceonline.fr/renseignement-d-etat/2023/04/24/la-delicate-diplomatie-militaire-francaise-dans-le-caucase-du-sud,109947743-art [9] https://www.facebook.com/france.erevan/posts/481547004005996?ref=embed_post [10] https://caucasefrance.com/2023/06/emmanuel-dupuy-la-concurrence-est-rude-en-matiere-de-mediation-dans-le-caucase-du-sud/ [11] https://caucasefrance.com/a-propos-de-nous/ [12] https://www.radiofrance.fr/franceinter/story-killers-quand-valeurs-actuelles-est-cible-par-une-societe-de-desinformation-israelienne-4624801 [13] https://www.leonardo.com/en/press-release-detail/-/detail/08-06-2023-leonardo-contract-signed-for-c-27j-to-the-azerbaijan-air-force [14] https://www.thetimes.co.uk/article/tony-blair-woos-italy-s-populists-to-back-southern-gas-corridor-pipeline-linking-italy-with-azerbaijan-zxccb8m8c [15] https://www.lemkininstitute.com/_files/ugd/9bc553_6dbcb7ecae874257b8becedf65547e0d.pdf [16] https://www.azatutyun.am/a/32041538.html [17] https://www.azatutyun.am/a/31860038.html [18] https://www.reuters.com/article/france-resistance-manouchian-idFRKBN2Y404O

170 vues0 commentaire

コメント


bottom of page