top of page

Hyestart soutient financièrement l'édition du livre "Anahide" - Chronique d'une voix libre (ed. Thaddée)

Alain Navarra-Navassartian


ANAHIDE - CHRONIQUE D'UNE VOIX LIBRE, LIVRE INCONTOURNABLE SOUTENU PAR HYESTART


Les recherches sur la radio et les émissions communautaires ont été relativement peu présentes dans les études sur les médias arméniens, surtout si l’on tient compte d’une histoire assez longue. On a souvent considéré la radio comme un média invisibilisé au regard de la presse écrite arménienne et il y a finalement peu de traces de l’expérience sociale des radios arméniennes.

 

Les interventions de l’historienne Anahide Ter Minassian dans les années 1980 sont d’autant plus importantes que cette dernière sort du champ académique pour commenter l’actualité, permettant ainsi d’identifier les dynamiques de cette période et de mieux comprendre les valeurs, les attentes ou les pratiques d'un groupe arménien sous-représenté dans les médias grand public.

 

Ces interventions permettent aussi de décloisonner les problématiques communautaires et de mettre en avant des identités plus complexes que celles obligée de l’Arménien victime résiliente.

 

Ce livre est aussi l’occasion d’ouvrir un champ de recherches sur l’évolution des modes de participation et de mobilisation des publics d’origine arménienne. On peut donc constater, au travers des analyses d'Anahide Ter Minassian, la mission de communication sociale et citoyenne de ces émissions, mais aussi l’apparition de mouvements plus revendicatifs de la jeunesse arménienne, plus active aussi dans la défense de la cause arménienne. Dans un temps où les demandes et les affirmations culturelles des Arméniens occupent de plus en plus le devant de la scène, la voix d'Anahide Ter Minassian accompagne la mise en place de nouvelles structures de la vie collective arménienne.

 

La reconfiguration identitaire qui a été un enjeu de taille pour d’autres groupes devient dans ces années 1980/1990 un thème central dans les communautés arméniennes de France. Comme d'autres communautés, les Arméniens ont su tirer parti des nouvelles interrogations sur les processus d’interaction et de transaction entre les cultures particulières et une vision monolithique de la société française. Des radios libres arméniennes ont ainsi vu le jour pour tisser les modes de leur identité au sein de la communauté.

 

Ces chroniques portées par une personnalité académique connue aussi pour son engagement vont participer à la représentation, par un plus large public, de l’Arménien, dont l’image apparait moins inféodée aux archétypes, aux déformations et aux simplifications.


88 vues0 commentaire

Comments


bottom of page