Contemporary Iranian photography: modernity in a new composition





La création contemporaine iranienne, et notamment la photographie, est un creuset privilégié de l'émergence de nouveaux processus de changement social.

La photographie occupe dès le 19ème siècle une place importante dans la culture. Durant le règne de la dynastie Qajar, elle est introduite par le Français Jules Richard entre 1844 et 1846. L'aristocratie et le prince héritier eurent un réel engouement pour ce nouveau média. Comme en Turquie, on rencontre un grand nombre d'Arméniens qui eurent des studios et l'un deux, Antoine Sevruguin fût même photographe officiel.

Se jouent alors, au travers de ces clichés, le passage vers un style naturaliste et surtout les premiers heurts entre tradition et modernité. Très vite les photographes iraniens revendiquent le statut de médium artistique pour leur art.

Les années 1960, qui virent émerger la photo comme moyen de documenter le réel et devenir un document historique, seront également d'une grande importance en Iran. Durant la révolution blanche on vit se mettre en place la "modernité" tant souhaitée par le gouvernement au travers d'un processus créatif complexe et controversé.

Ce n'est plus une imitation de la culture et du style de vie occidentale qui intéressent les artistes iraniens, mais une première réélaboration de la culture iranienne ou se mêlent la très ancienne, raffinée et profonde culture artistique de l'Iran avec des images d'oppression, de bouleversements sociaux ou de pauvreté. Les photographes documenteront les réelles conditions de vie du peuple, sans aucun filtre. Ils réussissent à tromper la police secrète pour faire circuler leurs images à l'étranger et à l'intérieur du pays. Il faut bien sûr citer ici Bahman Jalali et Kaveh Golestan.

De la révolution islamique à la guerre contre l'Iraq dans les années 1980, la photo est largement diffusée, jouant un rôle essentiel dans l'illustration du sens de la mort en martyr durant le conflit et faisant glisser le photojournalisme du côté de la fiction. Cette représentation esthétisée de la mort des combattants aura un certain impact sur la génération suivante des photographes. Il s'agira moins de donner à voir un fragment de réel que d'utiliser des messages visuels subtiles jouant de la métaphore et de l'allégorie pour explorer des thèmes aussi divers que l'identité culturelle, le genre ou la tradition. La culture est un enjeu important dans le mécanisme de modernisation de l'Iran durant tout le 20è me siècle.

La photographie contemporaine en Iran démontre une extraordinaire vitalité soutenue par un réseau de galeries privées, telle que silkroad qui joue un rôle majeur en l'absence de mécènes ou de fondations.

Les femmes sont d'ailleurs à l'origine de l'oeuvre photographique parmi la plus signifiante du pays. Les travaux de Shadi Ghadirian, Newsha Tavakolian, Tahmineh Monzavi ou Azadeh Akhlaghi, entres autres, questionnent non seulement les identités et les rôles sexués traditionnels, mais en mettant le corps ou son absence au centre de leur création, elles offrent une recomposition des identités féminines et familiales et soulignent que le corps de la femme est le lieu de conflit avec la modernité, ce corps objet privilégié d'un façonnement et d'une volonté de maîtrise.

Ces travaux photographiques soulignent qu'il n'y a pas qu'un modèle d'émancipation qui serait issu de l'histoire et des modèles occidentaux, mais que l'on peut déconstruire les stéréotypes et créer de nouvelles formes documentaires tout en jonglant avec les interdits qui frappent la création artistique et qui sont depuis 2009 plus drastiques. Leur travail offre une image inédite de la modernité et s'il est incontestable que la modernité soit d'essence occidentale la question se pose de savoir si elle n'est pas réinventée ou reconstruite ailleurs.




bibliographie:

Anahita Ghabaian. la photographie iranienne. un regard sur la création contemporaine en Iran. Ed Loco.2012

Ata Hoodashtian. une modernité sans occident. de zagros. 2006


0 vue

© Hyestart 

Hyestart Association       CH - 1200 Geneva

CH 17 0900 0000 1480 9507 5